Observer les rythmes du nourrisson : ni trop tôt, ni trop tard !

Un autre paramètre de réussite de votre allaitement repose sur la synchronisation avec votre bébé.

Le rythme de l’enfant et en particulier le sommeil du nouveau-né sont spécifiques et ont des conséquences sur les moments propices aux tétées ainsi que leur fréquence.

Pour que la mise au sein ne relève pas du parcours du combattant ou soit un moment que les mères redoutent, il s’agit simplement d’être à l’écoute de votre bébé, de respecter ses états de sommeil et de lui proposer le sein uniquement quand il est en éveil calme, seuls moments propices pour faire téter efficacement en sereinement bébé.

Il s’agit donc d’observer votre bébé pour le mettre au sein quand il est en état d’éveil calme et attentif et d’éviter de le faire téter quand il est en veille agitée. Enfin, soyez patiente et raisonnable, votre bébé ne fera probablement pas ses nuits au bout d’un mois.
  • Éveil calme somnolent / bébé se réveille seulement, il observe.
    Il risque de ne pas ouvrir la bouche, attendez qu’il soit plus éveillé
  • Éveil calme et attentif / bébé a faim :
    il a les yeux ben ouverts et nous fixe, il se lèche les lèvres, fait claquer sa langue, ouvre et ferme la bouche, tète ses lèvres, sa langue, ses poings ou tout autre objet à proximité
  • Éveil alerte ou agité/ bébé a très faim :
    bébé est tonique, il est agité, se tortille, respire rapidement et fait des mouvements plus amples et brusques. Il s’impatiente, émet de petits cris, cherche le sein sur la poitrine de la personne qui le porte, se met en position pour téter en en se couchant ou en tirant vos vêtements. Vous pouvez encore lui présenter le sein mais cela risque d’être plus difficile.
  • Éveil agité avec pleurs :
    il bouge la tête frénétiquement d’un côté et de l’autre, se cabre en arrière, écarte les bras. Sa langue se met derrière la gencive ou se colle au palais. Il pleure franchement et peut devenir rouge. Si vous lui présentez le sein, il le prendra mal, il vaut mieux éviter de le mettre au sein à ce moment. Calmez-le d’abord puis réessayez de lui présenter le sein.
Observer les rythmes du nourrisson
les spécificités du nourrisson
Que faire ?

Ne cédez pas à la panique, même si c’est plus facile à dire qu’à faire. Ne cédez pas non plus à la tentation de complémenter votre bébé avec du lait de synthèse car vous risqueriez de ne plus stimuler suffisamment votre lactation et votre allaitement serait plus compliqué à relancer. 

Dites-vous que ces étapes sont passagères, que ce sont des processus naturels qui prennent quelques jours pour se réajuster, sans que l’on ne puisse vraiment agir dessus : votre corps doit comprendre le message, ordonner la production de plus de lait et…produire en conséquence et cela prend du temps.

Enfin, la lactation est d’autant plus rapide que vous vous reposez donc reposez-vous avec votre bébé, prenez le temps d’être à son écoute, et demandez de l’aide autour de vous pour tout le reste.

Pendant cette période, vérifiez simplement que votre bébé est en bonne santé : il est tonique et continue à mouiller ses couches et fait des selles. Si les symptômes persistent ou si vous avez un doute, n’hésitez pas à appeler une consultante en lactation ou un médecin.

Les pics de croissance, kézako ?

Voilà un sujet qui mérite que l’on s’attarde un peu dessus car il est parfois tellement angoissant que certaines mamans peuvent mettre en péril leur allaitement, simplement par manque d’information, alors qu’une mère avertie en vaux deux.

Comment les reconnaître ?

Ces pics de croissance correspondent à des périodes de 24 à 48 heures où bébé tète plus fréquemment que d’habitude, parfois toutes les heures, encore plus fréquemment le soir. Il semble ronchon, se réveille davantage la nuit et semble agacé en tétant.

Du côté de la maman, cela se traduit par l’impression de ne plus avoir suffisamment de lait, d’avoir les seins mous, puisque le bébé semble avoir une soif inextinguible. Elle est persuadée de ne plus produire assez de lait ou bien que son lait n’est pas suffisamment nourrissant, ce qui entraîne une baisse de confiance en sa capacité de mère nourricière alors qu’il n’en n’est rien !

Ils se produisent généralement à l’âge de 10 jours, 3 semaines, 6 semaines, 3 mois et 6 mois, avec des variations dans la fréquence et l’âge auxquels ils se produisent.

Que se passe-t-il ?

Pendant ces périodes, votre bébé grandit rapidement et ses besoins nutritionnels évoluent de la même manière à la hausse ce qui l’entraîne à demander plus et donc stimuler plus la glande mammaire.

Si la composition et la quantité de lait produite évolue avec l’âge et les besoins de bébé, le processus de la lactation met 1 à 2 jours avant de « répondre » à la demande spécifiquement plus élevée durant ces périodes de pics de croissance.