Engorgement

Si votre sein est gonflé, dur et douloureux, avec éventuellement des frissons ou de la fièvre, c’est peut-être un engorgement.

Comment les reconnaître et les résoudre?

L’engorgement est un processus physiologique dû à la transition entre la montée de lait et l’installation de la lactation et de tous les facteurs qui gênent l’écoulement du lait : une initiation retardé de l’allaitement, un nombre de tété trop faible, tes tétées trop courtes, l’utilisation de compléments ou de sucette entre autres. Le lait stagne alors dans le sein, en raison d’un mauvais drainage, entraînant un œdème.

Pour résoudre rapidement l’engorgement, il suffit très souvent de faire tété le sein engorgé en priorité et plus régulièrement, dès qu’il est en phase éveil. Repérez ses signes d’éveil : il bouge, tire la langue, tourne la tête, suce son poing.

En prévention
Il est préférable de :

  • Effectuer la première tétée rapidement après la naissance (dans les 6 premières heures si possible)
  • Favoriser la proximité avec votre enfant 24h/24
  • Vérifier que bébé boit effectivement
  • Pas de complément de lait
  • Pas de sucette

Pour réduire les douleurs, vous pouvez prendre une douche chaude, ce qui décongestionne votre poitrine et vous permet de vider vos seins par pression manuelle. Vous pouvez également utiliser un tire-lait en tirant une petite quantité (ne surtout pas vider le sein)

L’engorgement doit être résolu dans les 48h pour ne pas évoluer vers une mastite.

Crevasses

Les crevasses sont les causes les plus fréquentes des douleurs, il s’agit de plaies au mamelon.

95% des crevasses sont dues à une mauvaise position du bébé, le reste étant dû à une peau humide qui macère ou à un frein de la langue trop court du bébé.

Pour les prévenir :

  • Installez bien bébé face à vous, ventre contre ventre et créez l’alignement oreille- épaule-hanches pour qu’il soit bien droit. Il doit pouvoir largement saisir l’aréole ce qui réduit la pression du mamelon (voir notre chapitre « les positions pour allaiter »)
  • Faites sortir quelques gouttes de lait à la fin de la tétée et étalez-les en prenant soin de laisser sécher votre sein, le lait maternel est cicatrisant.
  • Utilisez une crème à la lanoline appliquez-là après la tétée, vous n’avez pas besoin de l’enlever avant la tétée suivante, la lanoline pure étant un produit inerte et hypoallergénique. Les plus courantes et 100% lanoline sont Lansinoh® et Purelan™100 de Medela.
  • Recouvrez vos seins d’une compresse ou d’un coussinet d’allaitement entre les tétées pour garder vos mamelons au sec.

Mastite

10 à 20% des mères sont sujettes à la mastite durant leur allaitement.

Si vous sentez une masse douloureuse et dure dans votre sein, qu’une rougeur apparaît sur cette zone et que vous ressentez une sensation de chaleur inhabituelle accompagnée de fièvre et de symptômes similaires à la grippe, vous souffrez probablement d’une mastite.

Qu'est-ce que c'est?

La mastite suit généralement l’engorgement : le canal lactifère obstrué génère une inflammation du sein, parfois être accompagnée d’une infection si elle n’est pas traitée rapidement.

La mastite peut survenir à différentes occasions : vous avez arrêté l’allaiter soudainement, vous portez des vêtements trop serrés, vos mamelons sont douloureux ou présentent des crevasses, enfin, bébé ne prend pas le sein correctement.

Prévention et traitement

Il est important est de bien vider le sein à chaque tétée, et ceci dès le début de l’allaitement.  Reposez-vous suffisamment puisque la fatigue est un facteur de développement de la mastite.

Le traitement de la mastite est quant à lui simple : continuez à allaiter votre bébé au sein, la mastite est compatible avec l’allaitement et n’altère pas la qualité de votre lait, et reposez-vous. Soyez rassurée,  votre lait contient des anticorps qui le protègent de l’infection.

En complément
  • Drainez bien vos seins (sous la douche ou avec un tire-lait en petite quantité), c’est essentiel.
  • Vous pouvez aussi appliquer du chaud ou du froid sur la zone douloureuse : bouillote, compresses chaudes, bain chaud, ou coussin de froid, sachet de petits pois surgelés enveloppé dans un linge comme les sportifs.
  • Vous pouvez enfin masser la zone sensible avant et après la tétée en partant de la poitrine vers le mamelon.

La fièvre et les douleurs doivent s’estomper dans les 24h. Si ce n’est pas le cas, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une prise d’antibiotiques compatibles avec l’allaitement.

A noter : votre lait sera peut-être plus salé compte tenu de sa teneur en chlorure de sodium mais cela ne dure pas plus d’une semaine. Si votre bébé refuse catégoriquement ce goût, tirez votre lait afin de maintenir votre lactation jusqu’à ce que le goût disparaisse.

Candidose

La candidose est une infection due à un champignon, le candida albicans, qui s’installe dans les canaux lactifères.

En prévention, il faut éviter en priorité la macération du lait sur le sein (dans les coupelles ou coussinets l’allaitement), certains antibiotiques favorisent également l’apparition du candida.

L’application d’un gel antifongique suffit le plus souvent à le faire disparaître en quelques jours.

Il convient en revanche de bien nettoyer les objets en contact avec la bouche de bébé ou le sein pour éviter la re-contamination (pas de compresses de lait par exemple).

Réflexe d’éjection fort (REF) et hyperlactation

L’hyperlactation et réflexe d’éjection fort sont bien souvent liée et dus à une lactation en quantité excessive.

Dans la pratique, les bébés souffrent de symptômes très similaires car ils ne parviennent pas à contrôler le flux trop important de lait.

Reconnaître le REF

Paradoxalement, les mères qui souffrent de réflexe d’éjection fort sont ennuyées parce que leur bébé ne semble pas apprécier la tétée : il prend correctement le sein en début de tétée puis lâche le sein en s’énervant, le reprend, s’étouffe, s’étrangle, tousse, pince le mamelon pour réduire le lait qui coule trop vite, trop fort.

Il peut également beaucoup régurgiter, avoir beaucoup de gaz, et des selles vertes explosives dues à l’excès de lactose en début de tétée puisque l’équilibre entre le lait de début (aqueux et riche en lactose) et de fin de tétée (plus gras et donc plus épais, qui s’écoule moins vite) ne se fait plus quand bébé se retire du sein.

Car bébé est en réalité incommodé par un débit de lait trop fort, qu’il ne parvient pas à gérer.

Pour palier ce problème
Recherchez les pistes qui peuvent expliquer ces maux de ventres :

  • vous pouvez adopter des positions qui vont contre la gravité, comme le transat (ou BN Biological Nurturing) qui consiste à mettre bébé sur votre ventre, alors que vous êtes en position semi-allongée, ou bien allongée sur le côté.
  • vous pouvez également tirer un peu de lait de début de tétée pour que bébé puisse bénéficier plus rapidement du lait plus épais de fin de tétée ou bien retirer bébé en début de tétée et laisser s’écouler le lait sur une serviette avant de remettre bébé au sein.
  • il est aussi possible d’allaiter bébé sur un seul sein par tétée voire deux tétées de suite en veillant que l’autre sein ne s’engorge pas, pour faire diminuer la production de lait de ce dernier.
  • enfin, il vaut mieux mettre bébé au sein dès les premiers signes de la faim plutôt que d’attendre qu’il n’ait trop faim et qu’il ait une succion plus forte.
  • N’oubliez pas de faire des pauses pour faire roter bébé.

Coliques et régurgitations

On a tendance à mettre sous l’étiquette « coliques » les pleurs inexpliqués de bébés liés à son confort digestif.

Avant toute chose, n’oubliez pas que votre lait est l’aliment le plus adapté à votre bébé, d’autant plus que les reflux sont moins fréquents chez les bébés allaités et que leurs symptômes sont moins sévères.

Recherchez les pistes qui peuvent expliquer ces maux de ventres :

  • vous êtes supplémentée en fer, ou vous consommez trop de caféine ou de laitages
  • bébé ne supporte pas bien certaines vitamines ou fluor
  • vous buvez de l’eau en bouteille, leur composition peut ne pas convenir à votre enfant
  • vous consommez certaines aliments que bébé ne tolère pas ou auquel il est sensible (arachides, protéines de lait de vache, etc.)

Pour améliorer le confort de votre bébé, vous pouvez :

  • le porter en écharpe en position verticale
  • de même que vous pouvez opter pour une position d’allaitement « verticale » (à califourchon sur votre cuisse en lui maintenant la nuque par exemple, ou bien en BN  ballon de rugby)
  • pensez également à le changer avant la tétée en ne serrant pas trop sa couche
  • et n’hésitez pas à masser vote bébé : repliez doucement ses genoux vers le ventre et faites des cercles dans le sens des aiguilles d’une montre ; ou bien faites-lui faire du pédalo en pliant une jambe vers le ventre alternativement.
Les régurgitations
Les régurgitations quant à elles, sont un phénomène normal et fréquent dû à l’immaturité de la valve (le cardia) qui relie l’œsophage à l’estomac, si bien que parfois, bébé régurgite.

Elles disparaissent seules au bout de quelques mois.

Portez bébé en position verticale après chaque tétée et le plus souvent, faites faire le rot plusieurs fois par tétée.

Si elles sont systématiques à chaque tétée, il s’agit peut-être d’un reflux gastro-œsophagien qui peut irriter l’œsophage de bébé et lui provoquer des douleurs, consultez alors votre médecin pour adapter son alimentation.