Aucun doute là-dessus, vous êtes une super-maman avec un superpouvoir :

Celui de produire la nourriture exclusive de votre bébé, comme un prolongement à votre grossesse pendant laquelle vous subveniez déjà à tous ses besoins.

Vous verrez, c’est un sentiment unique, qui continue à vous lier intimement à votre bébé.

Réussir votre allaitement

On estime que moins de 5% des mères ne peuvent pas allaiter leur bébé pour des raisons physiologiques, donc ayez confiance en vous, c’est sûr, vous allez y arriver !

Premier des conseils : ayez confiance en vous et en votre bébé !

Si vous n’avez jamais allaité, et votre enfant n’a jamais tété, vous allez voir que ce geste est tellement naturel que c’est bébé qui va tout seul chercher à téter. Vous n’avez plus qu’à l’accompagner car vous aussi, vous savez déjà allaiter, vous ne le savez pas encore mais c’est inscrit dans vos gènes.

De plus, vous ne serez pas seule, vous serez épaulée au moment de la première mise au sein par une sage-femme qui vous aidera à positionner correctement votre bébé pour prendre de bonnes habitudes.

Ensuite, gardez simplement en tête ces trois facteurs clés de réussite :
  • Allaitement précoce: laissez bébé en peau à peau pendant au moins une heure après la naissance – le temps pour lui de récupérer – et mettez votre bébé au sein quand il est prêt, en phase d’éveil. Dans l’idéal, la première mise au sein devrait se faire dans les 6 premières heures suivant la naissance.
  • Allaitement exclusif: ne donnez à votre nouveau-né aucune autre boisson que votre lait, sauf indication médicale. Pour favoriser la montée de lait, il faut que votre bébé stimule le sein afin d’envoyer le signal de la demande (voir notre chapitre « Alors, la lactation, comment ça marche ? »)
  • Allaitement à la demande: proposez le sein à la demande de votre enfant et pendant ses phases d’éveil.
Certains facteurs extérieurs peuvent aussi favoriser la réussite de votre allaitement :
  • Informez-vous : toutes les femmes enceintes devraient être suffisamment informées sur les avantages de l’allaitement maternel pour qu’elles puissent faire leur choix de manière éclairée
  • Soutien du père dans votre choix d’allaiter
  • Suivi de votre sage-femme
  • Soutien bienveillant: avoir dans votre entourage une amie, une sœur, une personne bienveillante ayant réussi son allaitement, qui pourra vous soutenir et répondre à vos questions, c’est essentiel !

Comprendre la mécanique de la lactation pour réussir son allaitement

Ce qu’il faut toujours garder en tête, c’est le principe de l’offre et de la demande : quand bébé tète, la succion déclenche dans le cerveau l’envoi de deux hormones : la prolactine produit le lait et l’ocytocine contracte les muscles pour éjecter le lait.

C’est donc en faisant téter votre enfant que vous envoyez un message « demande » pour produire le lait de la tétée suivante. Ceci explique que : plus bébé tète, plus vous produisez de lait / moins bébé tète et moins vous produisez de lait.

Donc pour produire plus de lait, il suffit de mettre bébé au sein plus souvent.

Le lait se forme en continu dans des alvéoles, semblables à des grappes de raisin qui se remplissent et stockent le lait jusqu’à son expulsion lors de la tétée.

  • Si les « grappes » sont vidées à la fin de la tétée, c’est peut-être que bébé n’a pas assez pris de lait, votre corps va donc en produire davantage lors de la tétée suivante. De la même manière, pour une montée de lait rapide, bébé doit téter suffisamment pour vider le sein. Au besoin, tirez votre lait afin de vider le sein et stimuler la production de lait pour la tétée suivante.
  • Si les grappes ne sont pas vidées à la fin de la tétée, c’est que vous produisez plus de lait que les besoins de votre bébé, votre corps va donc réduire la production de lait sur la tétée suivante. C’est souvent ainsi que le sevrage se fait progressivement au fil des tétées.

C’est aussi pour cette raison que l’on conseille d’alterner de sein d’une tétée à l’autre, cela permet d’entretenir la lactation des deux seins.

Les sages-femmes ou les consultantes en lactation observent les tétées de votre enfant et peuvent, la plupart du temps en une séance, vérifier si votre enfant tète de manière « efficace » (s’il prend suffisamment de lait pour prendre du poids) et au besoin, prévenir ou corriger les petits défauts de positionnement du bébé qui peuvent plus tard être source de maux (voir notre chapitre plus loin « Les petits maux »).

Le saviez-vous ?

La composition du lait maternel évolue avec l’âge de votre enfant mais aussi entre le début et la fin de la tétée : le colostrum est produit en faible quantité pour convenir au petit estomac du nouveau-né et contient beaucoup d’anticorps pour affronter sa nouvelle vie à l’air libre.

Puis la composition du lait à maturité passe de translucide et riche en eau pour hydrater bébé en début de tété à blanc, plus épais et riche en graisses pour satisfaire la faim de bébé en fin de tétée.